Azzedine Nessaibia : là où on ne l’attend pas

Azzedine NessaibiaCapital Initiative revient sur la carrière de Azzedine Nessaibia, l’un des 30 entrepreneurs :

Azzedine Nessaibia est le cadet d’une famille de six enfants. Il a grandi à Bourtzwiller, quartier populaire de Mulhouse où la population immigrée est majoritaire. Un papa ouvrier, une maman au foyer, malgré ce que d’autres pourraient appeler précarité, les enfants font de longues études. Azzedine dira :

« Cette condition de naissance est une chance. Elle nous apprend la combativité, la motivation et la persévérance pour réussir. »

Il tient la leçon de son père :

« En France, nous devons faire plus que ce que l’on attend de nous. »

Après un Bac E (mathématiques et technique), il passe un Deug A (mathématiques et chimie), puis une licence et une maîtrise d’informatique appliquée à la gestion des entreprises et, enfin, un DESS en marketing, management et gestion des entreprises. Ce passionné de musique nord américaine (R’n’B et Soul) organisait et animait des soirées en tant que DJ et a donné des cours de maths et de français durant six ans à des enfants pour financer ses études.

« Cela m’a permis de partager ma passion et de gagner de l’argent pour payer mes études et aider mes parents. »

Sa vie professionnelle débute réellement en 1995, en tant qu’ingénieur commercial pour Xerox, importante société américaine dans le domaine de l’impression. Il y occupe différents postes durant cinq ans. Son parcours atypique n’en est qu’à ses débuts. En 1998, il intègre la Radio ECN en tant que directeur des programmes. Radio ECN était une radio associative en difficulté.

« Avec mon bagage, je me sentais capable de résoudre ces difficultés. »

En 2000, il crée sa société et ouvre une concession Xerox. Il sera président-salarié durant douze ans et représentant de la marque dans le Haut-Rhin et le Territoire de Belfort.

« Il fallait bien comprendre l’entreprise pour la conseiller au mieux. Cela m’a permis d’intégrer plusieurs facettes du fonctionnement des entreprises. J’ai beaucoup appris auprès des entrepreneurs auxquels je fournissais du matériel. Cela fait la différence. Beaucoup de jeunes aujourd’hui veulent créer une entreprise sans la connaître de l’intérieur. Il est dangereux de se lancer sans savoir ce qu’est un bilan, un compte de résultat ou la
gestion du personnel. Le cumul études/expérience pratique m’a permis de m’armer de connaissances, ô combien utiles à la création d’entreprise ! »

En 2004, Radio ECN passe du statut associatif à celui de SARL. L’objectif n’est plus uniquement la diffusion de musique, mais aussi la régie publicitaire, la création de programmes locaux, le conseil en publicité et l’événementiel. Azzedine garde les deux casquettes : concessionnaire Xerox et
dirigeant de radio.

« Ce sont des secteurs opposés, mais dans les grandes lignes, ce sont toutes les deux des entreprises. »

En 2012, il prend une décision importante. Il cède ses parts de la concession avec 14 salariés et un chiffre d’affaires de plus de 2 millions d’euros. En parallèle, le monde de la radio connaît un bouleversement. De 15 stations concurrentes à ses débuts, il y en a désormais 21. ECN Diffusion compte six salariés et huit intervenants extérieurs. Depuis 2013, la société est aussi en charge de la commercialisation de publicités pour deux radios, Virgin Radio et une autre radio locale indépendante, Top Music. L’année suivante, un nouveau challenge le démange, ou comme il le dit si bien :

« L’envie de créer, d’innover et d’entreprendre a une nouvelle fois occupé mon esprit. »

Son idée : une approche différente de la restauration rapide, qui Azzedine Nessaibia 117 se nomme « Tutti Frutti & Friends ». Le premier restaurant
mulhousien propose des yaourts glacés accompagnés de fruits frais, des sandwichs, des pizzas, des bagels de qualité, et autres cafés gourmands… Le tout en libre-service. C’est un concept innovant qui offre beaucoup d’avantages au client. Il part d’un principe :

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même. »

Les prix sont moins élevés qu’ailleurs, la qualité des ingrédients supérieure, des recettes gourmandes et élaborées avec soin, une faible teneur en matière grasse et des produits frais. Voilà l’essentiel. Il imagine déjà d’autres points de vente : Colmar, Strasbourg, Nancy, Metz… Comme si cela n’était pas suffisant, à seulement 44 ans, Azzedine préside depuis neuf ans l’association La Souris Verte, une halte-garderie à Kingersheim comptant
25 salariés pour 200 enfants gardés.
Il a également créé, avec des amis passionnés de basket, une nouvelle association, sportive cette fois-ci : Kids Game Baskets. Elle a pour vocation de promouvoir la pratique du basket auprès des enfants de 6 à 15 ans. Le premier tournoi international de basket KGB a été organisé en février 2015
avec 16 équipes dont huit internationales, avec un show d’animation au Palais des Sports de Mulhouse. Le projet fut une grande réussite avec plus de 6 000 personnes réunies durant ce week-end.
www.radioecn.com
Tutti Frutti & Friends
facebook.com/Radio ECN

Extrait du livre « 30 parcours d’entrepreneurs » – Cécile Hans