Philippe Messerlin : s’était juré de ne plus jamais être entrepreneur

Philippe Messerlin ServicesCapital Initiative revient sur la carrière de Philippe Messerlin, l’un des 30 entrepreneurs :

Philippe Messerlin est à la tête d’une société de transport, une structure financière saine, le nouveau parc poids lourds autofinancé, 70 cartes grises, une cinquantaine de conducteurs. Pourtant, il s’était fait la promesse de ne plus être chef d’entreprise.

Pour comprendre son état d’esprit, il faut revenir sur son parcours. Philippe aime les chiffres, avec un BTS comptabilité gestion des entreprises, il s’oriente vers une carrière bancaire. Son père possède une entreprise de transport de dix salariés. Il transmet la gérance à Philippe. Une double vie commence : comptable et chauffeur poids lourd. Trois mois plus tard, il ouvre la première filiale.

« Tout est allé très vite, nous avons racheté plusieurs entreprises. En 1998, nous avions 150 salariés. La croissance était forte et les premières difficultés sont arrivées en raison d’un manque de fonds propres. »

Il se rapproche d’un transporteur spécialisé dans la messagerie (livraison de petits colis). Une société de 1 000 salariés propose de racheter les transports Messerlin. Philippe en devient le directeur régional Est.

« Alors qu’avant je risquais tout, même une condamnation au pénal, je passe à un statut de dirigeant loin des risques patrimoniaux. Je me suis juré de ne plus jamais être chef d’entreprise. »

En 2003, les difficultés réapparaissent.

« Je suis convoqué par le patron qui me met face à un dilemme : soit il liquide, soit je reprends l’entreprise. »

Philippe réunit lessalariés. Beaucoup l’accompagnaient depuis ses débuts.

« Je leur ai demandé s’ils voulaient continuer. Nous avions besoin de 150 000 € pour recommencer. Les salariés étaient victimes de la situation et allaient perdre leur emploi. En dépit de leurs dix à quinze ans d’ancienneté, je leur demandais de démissionner, de perdre leurs acquis. »

La majorité accepte.

« Trois semaines plus tard, la société Philippe Messerlin Services était créée. Nous sommes devenus loueur de véhicules avec conducteur. »

Il explique cette nouvelle offre :

« Les clients qui font appel à moi ne veulent pas acheter de poids lourds ! Ils choisissent le temps d’utilisation annuelle. Cela marche plutôt bien, car c’est une activité de niche. »

Dans cette nouvelle entreprise, il tire toutes les conséquences du passé :

« La croissance doit être maîtrisée, la fuite en avant non contrôlée mène au désastre. »

En 2009, il crée une deuxième entité : Transports des Deux Rives, qui est affréteur. Elle achète des transports et les revend à des entreprises spécialisées. Philippe n’a de cesse d’encourager les jeunes entrepreneurs :

« Pour créer son entreprise, il faut vraiment y croire. Gardez toujours en tête vos motivations. »

Certaines qualités font parfois défaut aux candidats à la création d’entreprise :

« Ma formation en comptabilité et en gestion est un vrai plus pour mon entreprise, pour savoir comment la financer et optimiser la gestion. Certains entrepreneurs ont peur des chiffres. Lire un bilan est indispensable au bon pilotage d’une entreprise. »

L’autre atout de Philippe est sa femme, Nicole. Présente dès le début de l’aventure, son soutien a été essentiel. À 52 ans, Philippe concède :

« La frontière entre le succès et l’échec est ténue.Rebondir après une chute a fait ma force. »

Philippe Messerlin Services

Extrait du livre « 30 parcours d’entrepreneurs » – Cécile Hans