Capital Initiative Tour 2018

CAPITAL INITIATIVE TOUR 2018 :
UN FONDS D’INVESTISSEMENT MADE IN FRANCE AU SERVICE DES PME

Cette année, le Capital Initiative Tour a sillonné inlassablement les routes de France à la rencontre des chefs d’entreprises et des acteurs économiques locaux, avec pour seul credo : ne pas laisser seul celui qui entreprend. Ce sont 7 étapes clés au compteur, près de 1500 kilomètres parcourus, et surtout
un message fort pour la survie des PME, arboré comme fer de lance, porté au-devant de plus de 600 personnes.

Une édition 2018 qui fait la part belle aux soutiens de marque tournés vers des secteurs d’activités variés, mais avec un solide point commun : le combat pour la survie des entreprises placé au coeur de leur métier. Pas de tournée sans têtes d’affiches ! On compte ainsi parmi les sociétés partenaires : les
cabinets Hans & associés d’Île-de-France, de Franche-Comté et d’Alsace, les sociétés Iris Consultants et Beyer Assurance, l’Airport club hôtel de Blotzheim, le Crédit Mutuel Saint-Louis et le cabinet Michel Simond Alsace.

CAPITAL INITIATIVE, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Le mouvement Capital Initiative naît en 1998 sous l’impulsion de René Hans, fondateur du groupe d’experts-comptables Hans & associés. Une expérience de terrain au contact des chefs d’entreprises qui l’amène à un constat terrible : la PME, véritable colonne vertébrale de l’économie française, se voit écrasée au quotidien sous les impôts, taxes et autres cotisations.
Car dans l’ombre de grandes entreprises comme Axa ou Total, se cache la triste réalité de l’économie française : 98% des entreprises emploient moins de 50 salariés, tout en maintenant 66% des emplois sur le territoire. Autant de sociétés viables économiquement mais que la politique de restrictions bancaires fragilise parfois jusqu’au dépôt de bilan. Une situation qui déstabilise concrètement le potentiel de croissance de l’économie française.

LE RACHAT TEMPORAIRE D’ACTIFS

Pour pallier ce problème récurrent et sauvegarder de nombreux emplois, Capital Initiative mène depuis 20 ans des opérations de sauvetage financier. 20 ans de tâtonnements, de tentatives, de sauvetages qui ont permis d’aboutir à la création d’un dispositif de financement conçu pour dégager de la trésorerie en entreprises en difficulté : le Rachat Temporaire d’actifs (R.T.A.).

Le principe ? Capital Initiative rachète temporairement les actifs d’une société, pour les lui louer ensuite. Cela permet à l’entreprise de bénéficier de trésorerie tout en continuant à exploiter son actif. Un modèle de financement modulable qui a fait ses preuves et s’applique aussi bien à l’entreprise classique qu’à une pharmacie ! Les résultats sont là : l’entreprise concernée obtient un financement sans impact sur son activité, tandis que Capital Initiative dégage une rentabilité substantielle des opérations de R.T.A.

Avec l’approche humaine comme cheval de bataille, Capital Initiative ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, et combat sur tous les fronts, en consacrant 10% de son activité au financement solidaire : venir en aide à un agriculteur peinant à obtenir un prêt pour financer son nouveau cheptel, racheter des demeures privées aux enchères pour permettre à des entrepreneurs en liquidation de garder un toit pour vivre…des drames personnels dans la vie des entrepreneurs, qui tendent à démontrer que tout reste à faire !

PROPULSER LE PROTOTYPE ALSACIEN AU NIVEAU NATIONAL : LE SOUTIEN D’ARNAUD MONTEBOURG

Le point d’orgue du Tour ? L’intervention d’Arnaud Montebourg, ancien ministre de l’Économie, et désormais porte-parole de la libre entreprise à la française, lors de la soirée de gala du syndicat IDEE PME du 17 octobre. M. Montebourg a salué à cette occasion une « oeuvre d’utilité publique », qu’il souhaite voir s’imposer au niveau national. Un constat simple : le RTA tire sa force de son concept « désintermédié, mais qui travaille tout de même avec les banques. Une collaboration avec le secteur bancaire qui permet d’investir et de préparer l’avenir pour défendre l’outil de travail. » Déplorant la situation par trop classique d’entrepreneurs qui investissent dans le foncier pour immobiliser leur épargne, puis se retrouvent sans liquidités pour financer le développement de leur société, il appelle de ses voeux l’avènement au niveau national du modèle Capital Initiative pour voir refleurir l’économie française. Un modèle d’équilibre basé sur des valeurs de rentabilité, mais aussi et avant tout, des valeurs humaines.